En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou traceurs pour améliorer et personnaliser votre expérience, réaliser des statistiques d’audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d’intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux. Pour en savoir plus

Fermer

Eric BLANCHET, Directeur Général de LADAPT

Apprentissage et alternance : des cartes Ă  jouer

Ce contenu a été réalisé par LADAPT

Faire de lÂ’apprentissage une voie dÂ’excellence au profit de toutes les personnes handicapĂ©es et des entreprises : voilĂ  un noble objectif ! Et il Ă©mane du rapport de Sylvie Brunet relatif Ă  la rĂ©forme de lÂ’apprentissage en France.  


Les entreprises Ă©voquent souvent le manque de compĂ©tences requises pour les postes Ă  pourvoir ou lÂ’inadĂ©quation de ces postes avec la qualification des personnes handicapĂ©es (source : Accès Ă  lÂ’emploi et qualitĂ© de lÂ’insertion professionnelle des travailleurs handicapĂ©s en milieu ordinaire, Document dÂ’Ă©tudes n°126, juin 2007 DARES). En effet, 80% des jeunes en situation de handicap ont un niveau de qualification de niveau V ou moins. 

Alors, de quel cĂ´tĂ© provient lÂ’erreur ? LÂ’insertion professionnelle des personnes en situation de handicap en France, et plus particulièrement des jeunes, est pensĂ©e au coup par coup. CÂ’est sans doute lĂ  oĂą le bât blesse. Une multitude dÂ’acteurs existe pourtant, mais chacun voit midi Ă  sa porte.  

Si les propositions du rapport de Sylvie Brunet ne sont pas novatrices, elles ont cependant lÂ’intĂ©rĂŞt de pointer du doigt la nĂ©cessaire coordination des acteurs (Ă©ducation, mĂ©dico-social, employeurs) afin de prendre en considĂ©ration les problĂ©matiques spĂ©cifiques des personnes en situation de handicap qui sont transversales. Les recommandations font dÂ’ailleurs un curieux parallèle avec le triptyque de lÂ’emploi accompagnĂ©. Ă€ savoir, la mise en place de rĂ©fĂ©rents handicap permettant de faire le lien entre lÂ’Ă©quipe pĂ©dagogique du CFA, les acteurs de lÂ’Ă©ducation et du mĂ©dico-social et lÂ’employeur. Preuve, sÂ’il en Ă©tait encore besoin, du nĂ©cessaire accompagnement de lÂ’ensemble des parties prenantes. 

Du fait de sa grande complexitĂ©, le handicap ne peut sÂ’apprĂ©hender sous un seul angle. LÂ’accompagnement vers et dans lÂ’emploi des personnes en situation de handicap ne peut encore moins sÂ’improviser. 

Et le prix de la rĂ©ussite, durable bien entendu, ne se fera quÂ’au prix de la concertation de lÂ’ensemble des acteurs et Ă  la transformation de lÂ’offre de formation qui doit coller Ă  lÂ’Ă©volution de la sociĂ©tĂ©, mais Ă©galement aux aspirations des jeunes.  

Apprentissage et alternance des jeunes en situation de handicap : ne ratons pas le coche… À quand l’apprentissage accompagné ? La formation accompagnée ?

ÉRIC BLANCHET Directeur Général de LADAPT.


Cet article est paru le 10 avril 2018 dans Les Echos.

Je m'inscris