En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou traceurs pour améliorer et personnaliser votre expérience, réaliser des statistiques d’audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d’intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux. Pour en savoir plus

Fermer

SERGE WIDAWSKI, Directeur National APF Entreprises

Vers le modèle d’entreprise adaptée (EA) 4.0

Ce contenu a été réalisé par APF

A l’aube de la Quatrième révolution industrielle qui implique un changement fondamental dans nosinteractions, émergent des pistes d’optimisation en faveur des salariés en situation de handicap. 


Le concept d’EA 4.0 s’intègre au coeur de celui de l’usine 4.0. Autrement dit, des entités de production repensées, propulsées par les toute dernières technologies du numérique, des réalités augmentées, voire de l’intelligence artificielle, lesquelles offrent des possibilités de prolongement et d’assistanats encore embryonnaires mais extraordinairement prometteuses.

Cet essor tendrait à développer des emplois durables en faveur des personnes handicapées dans le secteur industriel tout en réduisant significativement des enjeux de pénibilité au travail et ouvrant la voie à une nouvelle dimension de bien-être et d’accompagnement. Tout cela favoriserait une démarche d’amélioration continue sur le plan de la performance et du bien-être simultanément. 

Ce procédé transiterait par deux étapes fondamentales 

• La reconsidération des profils ainsi que les compétences des salariés en situation de handicap, mais également des managers vis-à-vis de ces nouvelles postures. Une telle dynamique impliquerait une adaptation des process RH, du recrutement à la prise de poste en passant par la formation et l’accompagnement.

• L’investissement autour d’outils industriels de nouvelles générations afin de convaincre les donneurs d’ordres que le secteur adapté et protégé peut proposer des sous-traitants nearshore, compétitifs et modernes capables d’offrir des prestations à forte valeur ajoutée. 

Ces évolutions impacteraient positivement le salarié à différents niveaux : amélioration des conditions de travail, valorisation au sein de la chaîne de valeur jusqu’au client final, responsabilisation et tâches à plus forte valeur ajoutée ; tout en permettant à l’entreprise adaptée de développer sa mission initiale. 

Compte tenu de son volet social prédominant et de ses ressources en matière d’engagement sociétal, d’innovation et de procédés d’accompagnement, le secteur adapté et protégé se situe en très bonne position pour amorcer ce changement structurel et en dégager les mutations attendues.

Ce contenu à été réalisé par APF Entreprises.

Je m'inscris