En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou traceurs pour améliorer et personnaliser votre expérience, réaliser des statistiques d’audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d’intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux. Pour en savoir plus

Fermer

Mutualisons nos forces pour l’emploi des personnes en situation de handicap !

Ce contenu a été réalisé par FIPHFP

Les lois du 10 juillet 1987 et du 11 février 2005 ont institué un système de mutualisation pour favoriser la politique d’emploi des personnes en situation de handicap : les employeurs n’atteignant pas le taux de 6 % d’agents en situation de handicap fixé par la loi payent des contributions permettant de financer le recrutement et le maintien dans l’emploi. À l’heure où des voix s’élèvent pour remettre en cause ce système qui atteint ses limites financières, le principe de mutualisation doit être pérennisé.

Le taux d’emploi de personnes en situation de handicap dans la Fonction publique est passé de 3,74 % en 2005 à 5,49 % en 2017. Cela représente plus de 240 000 agents qui exercent aujourd’hui au sein des trois fonctions publiques.  


Les résultats de la politique d’amorçage sont encourageants, mais notre système s’essouffle. Les contributions des employeurs ne permettent plus de financer les besoins croissants pour l’employabilité des personnes en situation de handicap. 

L’année 2018 est une année charnière pour repenser cette politique. 

Faut-il pour autant remettre à plat tout le système et mettre fin à la mutualisation des ressources ? Telle est la question posée à nos dirigeants politiques. Cela serait inadapté pour au moins deux raisons. 

Premièrement, il est essentiel de préserver une égalité de traitement sur le territoire. 

Il n’est pas envisageable qu’une personne en situation de handicap soit tributaire des moyens que le ministère ou le petit hôpital en zone rurale aura à lui consacrer pour compenser son handicap au travail. Cela serait contraire au principe d’égalité républicaine.

Deuxièmement, les besoins des agents nécessitent un accompagnement dans la durée pour faire face à l’évolution de certains handicaps et maintenir dans l’emploi. Cela implique des investissements pérennes que les employeurs seuls ne sont pas en mesure d’engager dans le monde actuel. Alors oui, faisons évoluer notre système pour inclure dans l’emploi une partie des 510 000 chômeurs en situation de handicap.

Mais nous n’y parviendrons pas chacun de notre côté, il nous faut donc continuer à mutualiser nos forces pour l’employabilité durable !

Ce contenu à été réalisé par FIPHFP.

Je m'inscris