En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou traceurs pour améliorer et personnaliser votre expérience, réaliser des statistiques d’audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d’intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux. Pour en savoir plus

Fermer

Estelle AST, Fondatrice de WatcHelp

Les investisseurs s'intéressent-ils au Handicap ?

Ce contenu a été réalisé par Watchelp

Lauréats 2017 du Trophée de l'Innovation du Salon du Handicap

De temps à autre, nous lisons des success-stories sur ces jeunes startup qui ont levé plusieurs millions suite à la création d'un nouveau concept.

Qu'en est-il dans le secteur du handicap ?

On ne crée pas un outil par hasard. On constate en effet qu'une invention est souvent à l'initiative d'une personne concernée.

Ce fut mon cas en 2015. Période à laquelle je remportais une campagne de crowdfunding pour réaliser un outil qui allait non seulement aider mon fils mais qui allait aussi favoriser l'autonomie de millions de personnes atteintes de troubles cognitifs et mentaux : autisme, alzheimer, trisomie... Une idée simple mais qui n'existait nulle part dans le monde : une application et une montre connectée pour guider la personne au quotidien.

Après avoir remporté tous les concours auxquels j'ai participé (Lépine, Connected Health Monaco, OCIRP, Atout Soleil, Salon du Handicap Paris…), après avoir levé 62 000 € et démontré que WatcHelp est en mesure d'aider des millions de personnes à travers le monde, on peut se demander pourquoi il est si difficile de trouver un investisseur pour vous accompagner dans cette fabuleuse aventure professionnelle et humaine !

Des solutions mais peu de financement

Pourtant le constat est là : les startups dans le domaine du handicap trouvent des solutions mais peu de financement. Pourquoi ? Je pense avoir trouvé une partie de la réponse. Dans son livre intitulé « Psychologie de l'investisseur et des marchés financiers», Mickaël Mangot écrit :

« Alhakami et Slovic (1994) montrent que la relation entre le risque perçu et le bénéfice perçu d'une activité est en fait liée à la vigueur du sentiment négatif ou positif associé à cette activité. [...] S'ils (les individus) aiment une activité, ils sont tentés de voir ses risques comme faibles et ses gains comme importants ; s'ils ont un affect négatif, ils ont tendance à juger le contraire, des risques élevés pour un bénéfice maigre ».

Je peux comprendre que la course aux Pokémons renvoie une image plus positive que celle du handicap. En revanche, j'ai peine à comprendre comment il est possible de ne pas percevoir tout ce qu'il y a de positif à investir dans un secteur qui aidera autant de personnes ?

Méconnaissance ou utopie ?

Alors avis aux investisseurs en quête de pépites : le handicap est paradoxalement un monde innovant et agile, sans cesse à la recherche de solutions pour s'adapter et dépasser ses limites. En investissant dans le handicap, vous misez sur un secteur gratifiant à plus d'un titre, car non seulement il vous apportera du profit, mais également un bénéfice secondaire qui n'a pas de prix : un profit qui a du sens.

Je m'inscris