En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou traceurs pour améliorer et personnaliser votre expérience, réaliser des statistiques d’audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d’intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux. Pour en savoir plus

Fermer

Eric BLANCHET, Directeur Général de LADAPT

Apprentissage et alternance : des cartes à jouer

Ce contenu a été réalisé par LADAPT

Faire de l’apprentissage une voie d’excellence au profit de toutes les personnes handicapées et des entreprises : voilà un noble objectif ! Et il émane du rapport de Sylvie Brunet relatif à la réforme de l’apprentissage en France.  


Les entreprises évoquent souvent le manque de compétences requises pour les postes à pourvoir ou l’inadéquation de ces postes avec la qualification des personnes handicapées (source : Accès à l’emploi et qualité de l’insertion professionnelle des travailleurs handicapés en milieu ordinaire, Document d’études n°126, juin 2007 DARES). En effet, 80% des jeunes en situation de handicap ont un niveau de qualification de niveau V ou moins. 

Alors, de quel côté provient l’erreur ? L’insertion professionnelle des personnes en situation de handicap en France, et plus particulièrement des jeunes, est pensée au coup par coup. C’est sans doute là où le bât blesse. Une multitude d’acteurs existe pourtant, mais chacun voit midi à sa porte.  

Si les propositions du rapport de Sylvie Brunet ne sont pas novatrices, elles ont cependant l’intérêt de pointer du doigt la nécessaire coordination des acteurs (éducation, médico-social, employeurs) afin de prendre en considération les problématiques spécifiques des personnes en situation de handicap qui sont transversales. Les recommandations font d’ailleurs un curieux parallèle avec le triptyque de l’emploi accompagné. À savoir, la mise en place de référents handicap permettant de faire le lien entre l’équipe pédagogique du CFA, les acteurs de l’éducation et du médico-social et l’employeur. Preuve, s’il en était encore besoin, du nécessaire accompagnement de l’ensemble des parties prenantes. 

Du fait de sa grande complexité, le handicap ne peut s’appréhender sous un seul angle. L’accompagnement vers et dans l’emploi des personnes en situation de handicap ne peut encore moins s’improviser. 

Et le prix de la réussite, durable bien entendu, ne se fera qu’au prix de la concertation de l’ensemble des acteurs et à la transformation de l’offre de formation qui doit coller à l’évolution de la société, mais également aux aspirations des jeunes.  

Apprentissage et alternance des jeunes en situation de handicap : ne ratons pas le coche… À quand l’apprentissage accompagné ? La formation accompagnée ?

ÉRIC BLANCHET Directeur Général de LADAPT.


Cet article est paru le 10 avril 2018 dans Les Echos.

Je m'inscris